La préface

En procession, ils sont tous réunis (ou presque),

Comme dans la comédie humaine :

Le grognon derrière le gourmand,

L’hypocrite devant l’hystérique.

Gentils et méchants,

Tous les comportements étant dans la nature.

Le bien côtoie le mal.

Chacun choisit :

Être bon ou mauvais, pour un moment ou pour toujours.

Question de morale :

Est-ce ma faute si je suis méchant ?

Qui décide ce qui est bien ou mal ? etc.

Radin, râleur, rebelle ou rêveur,

À ce jeu de portrait chinois,

Chacun pourra choisir de se reconnaître

Ou de pointer son doigt sur le voisin.

Et selon son humeur ouvrir le dictionnaire

Pour rire ou pour médire.

Les Humains de aKido avec la participation de Pierre Falardeau

http://www.dailymotion.com/video/5vwPhbRemHnWUdftq

Émile Nélligan – Soir d’hiver

Soir d’hiver

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À la douleur que j’ai, que j’ai!

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire: Où vis-je? Où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À tout l’ennui que j’ai, que j’ai!…

Émille Nélligan

Né à Montréal le 24 décembre 1879, Émile Nelligan s’adonne à la poésie alors qu’il est encore écolier. Après avoir interrompu ses études, il mène une vie de bohème. Il publie une vingtaine de poèmes dans plusieurs journaux et revues entre 1896 et 1899, années au cours desquelles il compose l’essentiel de son œuvre, qui paraîtra en 1904 grâce au critique Louis Dantin. Atteint de maladie mentale, il est d’abord hospitalisé à la retraite Saint-Benoît-Joseph-Labre en 1899, il y restera jusqu’en 1925, alors qu’il est interné à Saint-Jean-de-Dieu où il meurt le 18 novembre 1941.

Émile Nélligan

Objet de nombreuses études jusqu’à nos jours, la poésie de Nelligan rallie l’opinion des critiques, qui lui reconnaissent une sensibilité extrême et un talent exceptionnel. Sur le mode romantique et symboliste, Nelligan aborde les thèmes de l’enfance, de la musique, de l’amour et de la mort. Son destin tragique, son œuvre lourde de promesses et empêchée, ses exigences esthétiques ont fait de lui une figure mythique de la poésie québécoise.

(Sources : Les Éditions Fides)

 


123456

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vos Opinions

    Sondage

    Le Nombre 23 est-il dangereux ?

    Chargement ... Chargement ...
    octobre 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  

    marisolalain |
    nodjaz |
    pageschristophe |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La guerre franco-prussienne...
    | un point c'est tout
    | jeanneetval